Loader

Saint-Pourçain et Côtes d'Auvergne

En suivant l'Allier jusqu'en terres volcaniques

Parti de la plaine du Forez, le Fascinant voyage est aux portes de l'Auvergne. L'heure est venue d'explorer une région réputée pour ses sources, mais où l'on ne produit pas que de l'eau.
Après Moulins, ville royale où les ducs de Bourbon, l'Art et l'Histoire ont fait belle oeuvre, les parcelles de vignes tiennent leurs rangs parmi les prairies bocagères et les étendues cultivées de la Limagne bourbonnaise. Des coteaux de Chemilly au plateau de Deneuille, 19 villages dessinent la carte doucement vallonnée de l'AOC Saint-Pourçain. Nous sommes sur la rive gauche de l'Allier, dont les anciennes terrasses ont façonné une partie des sols de l'appellation, les plus sablonneux, au Nord-Est.

D'autres rivières, la Bouble et la Sioule, marquent elles-aussi le tempérament d'un terroir granitique vers l'Ouest, jusqu'à Fleuriel, et argilo-calcaire au centre et au sud, autour de Saint-Pourçain. Dans les rangs, les vignerons travaillent avec soin des cépages qu'on voit bien sous ces latitudes (Gamay et Pinot Noirs pour les rouges, Chardonnay et Sauvignon pour les blancs), et un autre qu'on ne rencontre qu'ici : le Tressailler, appelé aussi Sacy de l'Yonne. Typique du Bourbonnais, long à travailler (bourgeons précoce au printemps, récolte tardive jusqu'en octobre), il donne aux blancs une singulière fraîcheur et une subtilité aromatique où l'on peut croiser des notes poivrées et anisées parmi les fragrances florales et les agrumes.

Les rosés sont monocépage (100 % Gamay) mais multinuances (selon es domaines et les méthodes : saignée, pressurage, macération) et toujours vifs, pleins de chair fruitée. Les rouges se distinguent par des arômes souvent dominés par la cerise, une bouche ample, souple, sagement tannique et un peu épicée en finale.

« C'est l'Allier, une des dernières
rivières sauvages d'Europe, qui nous
guide à travers le vignoble auvergnat »
« Tant de tentations nous rappellent
que l'Allier est le pays des bonheurs,
petits et grands. Et que cette dolce vita
se vit aussi très bien dans le vignoble de
Saint-Pourçain »
« Au loin, la ligne des reliefs volcaniques
sculpte dans l'horizon une skyline
massive et fabuleuse »
Avec l’éveil du palais vient l’envie de céder à quelques escapades au-delà du vignoble. La réserve naturelle du Val d’Allier, paradis des oiseaux ? Ou l’émouvant bocage bourbonnais aux vallées tendres ? Le magnifique prieuré de Souvigny, grand site clunisien ? Ou Bourbon-l’Archambault, ville thermale, église romane et forteresse médiévale ?
Le Fascinant Voyage se prend à flâner de village en village, trouvant en chacun matière à aimer : des châteaux, bien sûr, notamment à Besson, Bresnay, Chatel-de-Neuvre, Meillard, Monetay, Contigny et Chareil-Cintrat ; la route des églises peintes, qui passe par celles de Louchy-Monfand et Saulcet ; Verneuil-en-Bourbonnais, village médiéval remarquable où l'on admire le géant endormi au pied d'arbres centenaires... Saint-Pourçain-sur-Sioule, la jolie capitale de l'appellation, abrite dans la Maison du Bailli (XVIe siècle) un Musée de la vigne et du terroir, largement consacré au travail des vignerons d'hier et d'aujourd'hui.
Laissant derrière nous Chantelle et les dernières vignes de l'AOC Saint-Pourçain, poursuivons vers le Sud en passant par d'autres trésors de l'Allier. Charroux par exemple, un des plus beaux villages de France, a inspiré bien des légendes avec son étrange clocher tronqué. Autre incontournable : Vichy, la reine distinguée et romantique des villes d'eaux, irrésistible dans son foisonnement de styles et d'époques, du dôme byzantin aux volutes Art Nouveau.
L'Allier glisse le long de la Montagne bourbonnaise pour tracer son chemin dans le Puy-de-Dôme.
On s'approche pour découvrir les premiers îlots de vigne, protégés par les flancs assoupis des Puys. Ce terroir basaltique est celui de l'AOC Côtes d'Auvergne ; Gamay, Pinot Noir et Chardonnay courent parmi les champs et les prairies sur les coteaux bordant la plaine de Limagne. Protégé par les volcans à l'Ouest et les Monts du Forez et du Livradois à l'Est, le vignoble travaillé par des vignerons attentifs révèle une jolie diversité : rouges fruités et mûrs, épicés par la typicité des sols volcaniques, blancs gras en bouche et aromatiques aux notes agrumes et de miel, rosés délicats à la minéralité unique.
Par-delà ces caractères communs à l'appellation, les Côtes d'Auvergne comptent cinq micro-terroirs aux qualités particulières, donnant lieu à des dénominations géographiques complémentaires.

Madargue, la plus septentrionale, s'épanouit sur une butte viticole de silice et d'argiles pour délivrer des vins rouges ronds et structurés, aux arômes de framboise et groseille. À un vol d'oiseau, voici Riom, la capitale historique de l'Auvergne, à apprécier pour son riche patrimoine architectural médiéval, Renaissance et XVIIIe, et les villages auvergnats qui l'environnent, parsemés de maisons vigneronnes, sources, vestiges et monuments religieux.

Plus au sud, les Côtes d'Auvergne Châteaugay s'étendent sur le substrat argilo-calcaire d'une coulée basaltique fragmentée en plateaux, entre les villages de Châteaugay, Menestrol et Cébazat.
C'est une terre de rouges souples, poivrés, aux tanins élégants. Un imposant château à donjon carré en pierre de Volvic domine les vignes depuis Châteaugay, perché sur une éminence du paysage : de là-haut, très belle scène d'Auvergne entre collines et montagnes.

Une autre vue, exceptionnelle et méconnue, est celle qu'offre la tour de la Bayette, au sommet de la majestueuse Cathédrale Notre-Damede-l'Assomption,
construite en pierre de lave sur la butte du centre historique de Clermont-Ferrand. Le souffle coupé par le panorama et la montée des escaliers, on embrasse la ville avant d'y musarder de fontaines en fontaines pour admirer la cité comtale de Montferrand, la Basilique Notre-Dame-du-Port., la place de Jaude bordée de monuments... Sans oublier une visite au bibendum (pour revivre un peu de la grande aventure Michelin), une envolée à Vulcania (le parc d'attractions et d'animation pour apprendre - en s'amusant ! - les secrets du volcanisme), une escapade au Musée de la vigne et du vin d'Aubière (à la rencontre des produits, paysages et patrimoines du vignoble de Basse-Auvergne, de la fin du XIXe siècle jusqu'au milieu du XXe).
Aux lisières de Clermont, le Fascinant voyage tombe nez à nez avec les vignes dévalant les pentes des Puys du Chanturgue et du Var, sur un sol de calcaire fin mêlé de cendres volcaniques. Quelques hectares seulement délimitent le cru Chanturgue, qui signe des vins rouges emblématiques soulignés de notes fumées-grillées dans une belle structure tannique.
« À voir, le Clos des Amoureux, parcelle plantée en 2013, symbole de l'amour intact des Auvergnats pour leur vignoble. »
Dans les rangs en balcon sur Clermont, on salue de loin la masse ronde du Puy-de-Dôme. Plus au sud encore, entre La Sauvetat, les Martres-de-Veyre, Veyre-Monton, le Puy de Corent a donné son nom au village qu'il surplombe et à un terroir viticole complexe, argilo-calcaire et basaltique avec affleurement de pouzzolane. Une fois encore, ce sol volcanique distingue les vins produits ici, des rosés pâle par leur couleur (on parle souvent du Corent comme d'un « gris ») mais vifs par leurs saveurs, et denses par leurs arômes de fruits frais.
« Au sommet du Puy de Corent, la coulée de lave a créé un plateau qui fut un oppidum gaulois, considéré par les archéologues comme une ancienne capitale des Arvernes. »
Sur le site, on découvre comment le sanctuaire, au coeur de la ville, a été construit et reconstruit jusqu'à l'époque Gallo-romaine.
Plus connu, et formé par des éruptions plus anciennes, le plateau voisin de Gergovie fut lui aussi un vaste oppidum dont on peut visiter le centre d'interprétation et les vestiges en admirant, au sommet, l'ensemble des massifs et des chaînes du Puy-de-Dôme. À voir aussi dans les environs, La Sauvetat (un des plus beaux forts villageois d'Auvergne, qui doit en partie sa conservation à l'activité viticole), les sources du Saladis, le Puy de Monton, dont la falaise creusée de grottes troglodytiques est dominée par une statue monumentale de la vierge, et l'étang du Pacage, zone protégée où s'ébattent plusieurs centaines d'espèces d'oiseaux.
C'est là que le Fascinant voyage retrouve l'Allier, pour glisser avec elle vers le Sud...

On passe par Montpeyroux, ancien village vigneron, un des plus beaux de France avec ses maisons d'arkose et son donjon restauré, et Usson, autre trésor de village perché sur un pic volcanique dans le Parc naturel du Livradois-Forez. Un crochet
par Issoire, où l'on s'émerveille de l'Abbatiale Saint-Austremoine, la plus vaste et la plus décorée des églises majeures d'Auvergne...

Et nous arrivons à Boudes, le plus méridional des crus de Côtes d'Auvergne.
Entre Saint-Herent et Chalus, le vignoble reste ici en terre volcanique, sur un coteau pentu protégé à son sommet par une coulée basaltique.

On en retrouve l'expression dans les tanins fins des rouges de Boudes. Des vins parfois puissants, marqués par les arômes de fruits mûrs et cuits, les notes épicées et une matière charnue. Dans les villages, il y a comme un air de Sud qui flotte sur les toits à génoises et tuiles canal. Comme Chalus, bourg perché autour d'un imposant château médiéval, Boudes porte les vestiges d'une histoire féodale, pas très loin, on rencontre en chemin la source salée des Bard dans sa vasque d'origine romaine, et les demoiselles coiffées, silhouettes d'argiles sculptées par l'érosion dans la spectaculaire Vallée des Saints.
QU'EST-CE 
QU'ON MANGE AVEC CA ? 
Sélection de restaurants et découvertes gastronomiques sur www.auvergne-tourisme.info

Quelques produits et spécialités culinaires d’Auvergne
• Les lentilles vertes du Puy • Les fromages : bleu, cantal, fourme d’Ambert, Saint-Nectaire, Salers… • Les viandes : boeuf fin gras du Mezenc, agneau et charolais du Bourbonnais, génisse Fleur d’Aubrac, porc fermier d’Auvergne, volailles fermières… • Les produits de montagne : porcs, fruits rouges des Monts du Velay… • Les recettes : potée auvergnate, coq au vin de Chanturgue, l’aligot, le pounti, la saucisse de choux, la truffade, les tripoux…
Img-terr-stpourcain-mg-4925_xs_square
« Les vignes s'étagent en magnifiques terrasses, sur un sol d'argiles rouges riches en latérites. »
L'échappée auvergnate du Fascinant Voyage se termine en apothéose, enchaînant les Puys pour monter jusqu'au plus haut d'entre eux, celui du Sancy,
d'où se contemple 1/7 de la France à près de 1900 m d'altitude. Avant de partir, on profite des villes thermales pour se désaltérer... La suite des dégustations nous attend du côté des coteaux du Lyonnais.
Santé !
Img-terr-stpourcain-dsc3007_sm_square

IGP Puy-de-Dôme, l’autre planète des vins d’Auvergne

Couvrant le département et donc le périmètre des Côtes d’Auvergne, l’IGP Puy-de-Dôme en possède les mêmes caractéristiques de terroir : vignoble en îlots disséminés sur les coteaux de la plaine de Limagne et les piémonts des Puys, sols variés marqués par le passé volcanique, températures régulées par l’effet de Foehn créé par les massifs environnants… L’altitude des vignes, entre 300 et 600 m, permet de conserver la fraîcheur des vins et d’offrir, à des maturités élevées, une belle expression aromatique, évoluant vers des notes de fruits mûrs confiturés et d’épices pour les rouges, des arômes grillés pour les blancs, la minéralité pour les rosés.
Pour partir en balade : www.baladesduvin.com
• Route des vins du Puy-de-Dôme

Pour aller plus loin

Les vins, le travail des vignerons

et l'oenotourisme :

fedeviti-puydedome.com

Pour découvrir de plus près la destination : www.auvergne-tourisme.info